Pollution

L'impact d'un an (12 mois) de CVCM
Embouteillages, pollution de l'air, nuisances sonores : tous les indicateurs sont au rouge. Le dossier complet de notre conférence de presse du 20 avril 2018 est en page CVCM LE RÉSULTATCi dessous l'illustration pour la seule pollution atmosphérique. 


L'impact sur la pollution à fin 2017
La valeur de +15% que nous avions annoncée dès le début est confirmée sur les 8 mois de 2017. Cela équivaut à la destruction d'un seul coup de 7 années de progrès contre la pollution. Cette dégradation à Grenoble est une bien mauvaise nouvelle alors que depuis le 30 janvier 2018 la France est sous le coup d'un ultimatum de l'UE pour non respect des normes de qualité de l'air.

Paris, 20 novembre : le rapport définitif est accablant
CLIQUEZ ICI pour lire le résumé paru dans la presse
CLIQUEZ ICI pour lire l'intégralité du rapport définitif

Paris, 15 novembre : après la pollution, le bruit
EXTRAITS : Plus inattendu, le bruit est parfois aussi important sur le quai bas, pourtant privé de circulation. Les terrasses qui ont remplacé la voiture et qui ont fleuri sur cet axe ont fait venir musique, cris et rires cet été, au point de faire grimper les décibels autant que le ferait le trafic automobile !
"Cette évolution a été particulièrement marquée sur la période nocturne, où les niveaux sonores se sont rapprochés des valeurs observées lorsque les berges étaient encore ouvertes à la circulation" indique Bruitparif.

L'impact sur la pollution : suivi des 12 mois après le démarrage

L'étude jusqu'à mi octobre ayant fermement établi la totale corrélation entre CVCM et la hausse de la pollution, nous passons à l’observation comparée des 12 mois qui suivent le démarrage de CVCM aux 12 mois qui l’ont précédé, ainsi que (comme précédemment) à la moyenne statistique sur 10 ans.
 Deux observations :
1. la concordance des 12 mois avant CVCM (courbe 2016-17) avec la référence,
2. la très forte divergence des 6 premiers mois de CVCM quelle que soit la comparaison.
hover_share

L'impact sur la pollution : du démarrage de CVCM jusqu'à mi octobre
hover_share

COMMUNIQUÉ DE PRESSE : Le temps écoulé nous permet désormais de passer à une analyse sur une plus longue durée. Nous nous référons pour cela à ce qu’a été l’évolution de la pollution au NO2 sur la station des Grands Boulevards ces 10 dernières années : c’est le profil bleu qui montre comment se forme le dépassement de la limite règlementaire. L’évolution en 2017 jusqu’à la date du 15 octobre est donnée par le profil rouge. La divergence des deux profils est tellement claire que le fait que « CVCM » impacte la pollution atmosphérique à Grenoble apparait comme une simple évidence. 
L'impact sur la pollution : de la mise en place de CVCM jusqu'à fin juin

Graphiques montrant les mesures faites par Air Rhône-Alpes de 7h à 20h aux deux seules stations grenobloises dédiées au trafic (www.air-rhonesalpes.fr/donnees/telecharger).

Les 2 semaines débutant les 3 et 10 avril sont avant CVCM, les 4 suivantes illustrent l'impact. Les double-barres verticales signalent des semaines non représentées ici car elles sont atypiques (congés, ponts) ou qu'elles ont déjà été illustrées sur cette page (voir plus bas). 


Grands boulevards : +35% en moyenne de 7h à 20h les jours ouvrables
hover_share

Rocade : +30% en moyenne de 7h à 20h les jours ouvrables
hover_share


L'impact de CVCM sur la pollution : première semaine de juin

La première semaine de juin confirme entièrement les observations faites en mai.
hover_share


L'impact de CVCM sur la pollution : nouveaux résultats

La deuxième semaine confirme la première : on observe sur les Grands Boulevards des pics de pollution dont l’ampleur a doublé. Même chiffre sur la Rocade où les périodes de forte émission de NO2 durent deux fois plus longtemps. Et en moyenne journalière, l'augmentation à 2 chiffres de 15% constatée en première semaine sur les Grands Boulevards est confirmée par la deuxième semaine et par les chiffres de la Rocade.

L'impact de CVCM sur la pollution : premiers résultats
Communiqué aux élus et à la presse : “Fermer des artères force les voitures à se reporter sur des trajets plus longs et plus encombrés, le cumul de ces deux facteurs étant doublement négatif pour la pollution.” Ces mots, par lesquels nous avions alerté le conseil métropolitain juste avant le vote de CVCM, sont malheureusement devenus réalité. C’est ce que prouve l’étude que nous avons commencée à partir des chiffres d'Air Rhône-Alpes, et dont nous communiquons ici les premiers résultats. Plus de résultats suivront.
hover_share

Fermeture des voies sur berges à Paris : POLLUTION +50%, BRUIT +125% !


hover_share