interpellations


26 octobre 2018 : Lettre à M. le Président de la Métro et M. le Maire de Grenoble
[...] la Cour Administrative d’Appel de Paris a confirmé, ce lundi 22 octobre, le jugement du 21 février qui avait annulé la délibération de Mme Hidalgo fermant les voies sur berges à la circulation. [... ] Nous vous demandons donc, sans attendre la décision de justice à venir, d’accéder aux demandes que nous avions formulées au terme des 12 premiers mois de CVCM [...]

12 octobre 2018 : Lettre à M. le Maire de Grenoble et M. le Président de la Métro
[...] En disant 2025 au lieu de 2015, le Président du SMTC a officiellement annoncé 10 ans de retard par rapport à un engagement de santé publique que vous aviez la responsabilité de tenir. En réalité, sa déclaration victorieuse est l’aveu d’un échec. Vous serez certainement, ainsi que M. le Président du SMTC, intéressés d’apprendre que ce retard de 10 ans est celui que Grenoble à Cœur avait estimé au vu de l’augmentation de la pollution au NO2 créée par « CVCM ». [...]
9 juin 2018 : Lettre à M. le Maire de Grenoble
[...] Un scoop a été annoncé, celui que les deux rues Beyle-Stendhal et 4ème Régiment du Génie allaient être fermées du côté les reliant au boulevard Maréchal Lyautey. [...] Il a été présenté que les feux de traversée pour les piétons seraient supprimés sur ce boulevard. Les associations représentatives des handicapés ainsi que les unions de quartier ont, à plusieurs reprises, dit le danger que cela induit pour les handicapés, les personnes âgées ou fatiguées, les jeunes enfants non accompagnés, les familles avec poussettes. [...]
18 mai 2018 : Lettre aux élus : Ville, Métro, Députés, Sénat, Département, Région
Alors que Grenoble était dans le collimateur de l’Union Européenne depuis une dizaine d’années pour non-respect des niveaux maximaux de pollution, la Ville et la Métro se sont lancées, au mépris des fortes alertes venues de toutes parts, dans un projet « Cœurs de Ville, Cœurs de Métropole » conçu dans la précipitation et en dépit du bon sens élémentaire. Le Président de la Métro avait demandé une dispense d’étude d’impact en stipulant comme premier des objectifs du projet : « Réduire les nuisances et la pollution ». [...] 

10 mai 2018 : Lettre au Ministre de l'Environnement
[...] Monsieur le Ministre, Grenoble est comme toute agglomération un écosystème d’activités et de vie dont la vitalité et la santé peuvent être mis en danger par une expérimentation imposée sans que les conditions d’un débat démocratique et d’une appropriation par les habitants aient été réunies. Nous faisons appel à l’Etat et à ses services déconcentrés pour qu’ils interviennent auprès des élus locaux responsables du projet CVCM afin de remettre l’agglomération grenobloise dans un processus vertueux à propos de ce projet.

23 avril 2018 : Un an de CVCM - lettre à tous les élus métropolitains, les députés, les sénateurs
Il y a un an, le 19 avril, Grenoble se réveillait avec un nouveau plan de circulation, imposé par le projet CVCM.
Il y a trois semaines, les élus responsables du projet - le Maire de Grenoble, les Présidents de la Métro et du SMTC - ont devancé la date anniversaire en annonçant des résultats et des chiffres qui, selon eux, confortaient leurs décisions. Leur présentation est toutefois partiale car la collecte des chiffres et la synthèse des résultats ont été faites par un « Observatoire CVCM » placé sous leur tutelle.

Grenoble à Cœur vous communique aujourd’hui d’autres résultats. Ce ne sont pas les nôtres. Ce sont ceux d’organismes indépendants, qui observent un domaine géographique plus vaste que l’aire urbaine grenobloise. Ces organismes ne sont pas de parti pris dans la vie locale car ils sont implantés ailleurs. Ce qu’ils nous apprennent de Grenoble et de son évolution après cette année de CVCM, est donc sans biais et permet d’apprécier la situation de façon juste et fiable.

5 mars 2018 : lettre à la rédaction du 'journal' de la métro
La lecture du supplément de février 2018 de Grenoble Alpes Métropole consacré à  « Cœurs de Ville Cœurs deMétropole » et tiré à 215 000 exemplaires (!) nous amène à deux commentaires.
[…] A l’issue de cette « sélection », des témoignages raisonnables et pondérés ont été écartés pour ne conserver que deux dithyrambes de CVCM issus de militants connus pour soutenir votre action. C’est faire peu de cas du respect dû à vos témoins comme à vos lecteurs.
[…] Ainsi, sur cette question de l’impact de CVCM sur la pollution et la santé, vous faites diversion avec un hors sujet complet (dioxyde de carbone), vous mélangez avec le chauffage au bois et sortez des chiffres d’un chapeau (particules fines), et enfin vous cachez ce qui est le plus important pour l’évaluation de votre projet (dioxyde d’azote émis par les véhicules). […]
CLIQUEZ ICI pour lire la totalité de la lettre

22 novembre 2017 : lettre à tous les Elus de la Métro, les Députés, les Sénateurs

30 octobre : lettre à tous les Elus de la Métro, les Députés, les Sénateurs
Après avoir résumé nos observations du fonctionnement du plan de circulation 
(déplacements, pollution, vie économique), nous émettons les demandes d’ajustements ci-dessous.


19 octobre : lettre à Mr Ferrari, copie Mr Piolle, la Métro, les Députés, les Sénateurs

Après avoir montré les conséquences de CVCM sur la pollution,
nous demandons une campagne de mesures sur tous les axes victimes des reports de circulation.


28 août : lettre concernant l'accroissement de la pollution atmosphérique

24 janvier : demande de documents à Mr Ferrari

23 janvier : Lettre du Président de la Chambre de Commerce et d'Industrie de Grenoble à Mr Ferrari
Bien que cette interpellation ne vienne pas de Grenoble à Coeur, nous la publions vue sa haute autorité et notre plein accord avec la demande solennelle qu'elle formule.

12 janvier : Nouveau courrier concernant les travaux Sembat / Lesdiguières
cliquez ici pour lire la totalité de la lettre


22 décembre : la déclaration des commerçants à Mr Ferrari, et sa "réponse"


15 décembre : Notre lettre concernant les travaux programmés sur Lesdiguières



12 décembre : Notre lettre concernant les travaux programmés sur Agutte Sembat


12 décembre : Notre lettre aux élus métropolitains


12 décembre :  Notre lettre à Mr le Préfet de Région, Mr le Préfet de l’Isère, Mr le Dir. de la Direction Départementale de la Protection de la Population, Mr le Défenseur des Droits

cliquez ici pour lire la totalité de la lettre 
ou lisez ci dessous le texte en bleu qui la résume

Nous Grenoble à Coeur venons vous faire part de nos fortes inquiétudes à propos d’un projet pouvant avoir de graves conséquences sur la vie urbaine et l’activité de Grenoble.

Le Président de Grenoble Alpes Métropole a adressé à la Préfecture de Région Auvergne-Rhône-Alpes, le 27 juillet 2016, une demande d’examen au cas par cas, préalable à la réalisation d’une étude d’impact (Article R 122-3 du code de l’environnement).  Le projet s’intitule Cœur de Villes - Cœur de Métropole/ Grenoble : réaménagement d’espaces publics dans le centre de Grenoble. Sur la base de cette demande, il a été dispensé d’étude d’impact et d’enquête publique.
Or nous contestons le bien-fondé des arguments avancés dans ce document pour l’obtention de cette dispense. En effet le projet avance un plan de circulation profondément modifié par la coupure de plusieurs artères qui assurent des liaisons de la ville avec son entrée-sortie nord.
Il est déclaré que le projet entraînerait une baisse de la pollution, mais aucun résultat d’étude n’étaie cette affirmation. Au contraire, un raisonnement simple sur les reports de trafic amène à conclure que la pollution devrait augmenter. L’application du principe de précaution impose que l’on ne s’engage pas dans la réalisation du nouveau plan de circulation tant qu’on ne dispose pas, au moins, d’une étude des conséquences qui ait été réalisée par un organisme scientifique reconnu.
La Métropole a déclaré que les conséquences sur la vie commerciale seraient étudiées finement. Cette promesse n’est pas tenue à moins de deux mois de la mise en place du nouveau plan de circulation. Les activités commerciales ne peuvent anticiper la nouvelle configuration en l’absence de ces résultats.  C’est une autre raison pour ne pas mettre en œuvre le nouveau plan de circulation en février 2017.
Par ailleurs, des opérations liées au plan de circulation du projet CVCM/Grenoble ont été engagées, voire achevées avant même que le projet ait été voté en Conseil Métropolitain. Ces travaux ont été réalisés sans concertation alors qu’il n’existe pas de plan de déplacement urbain. Cette pratique amène à constater un « saucissonnage » du projet.



C’est pourquoi Grenoble à Cœur demande un moratoire. Ce moratoire permettrait de prendre en considération un autre projet qui a été écarté par les organisateurs de la concertation à chacune de nos tentatives de l’exposer. Le moratoire permettrait surtout d’évaluer les conséquences d’un nouveau plan de circulation et d’associer habitants et autres acteurs de la vie du centre ville dans une vraie concertation qui a manqué jusqu’alors. Nous vous serions reconnaissant de soutenir notre demande de moratoire.